terça-feira, 11 de fevereiro de 2014

Benoît XVI

nunca quis ser Papa. Tal é a tese defendida pelo jornalista Nicolas Diat. Este livro acabado de sair em França, descreve a realidade profana do Vaticano. Benoît XVI sentiu que não conseguia por ordem na casa e por isso renunciou. Um livro que nos faz conhecer melhor este Papa renunciante e como a vontade de seguir ou servir o divino choca com a mediocridade profana dos nossos dias.
O novo Papa Francisco, segundo este jornalista conseguirá, pois a vontade dele pode revelar-se uma lâmina afiada ler: aqui  
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99

A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99
Un prélat qui connaît le pape depuis de longues années me confiait il y a peu : « Son rejet des compromissions est le corollaire exact de sa vie personnelle. Parfois, je vois bien que des esprits malveillants considèrent la vie simple de François comme une mise en scène, une stratégie de communication. J’ai rencontré Jorge Mario Bergoglio en 1998. Je peux affirmer avec certitude que le dépouillement matériel de son quotidien est pour lui une profonde nécessité, très ancrée, dont il a fait un pilier de son existence. Je me souviens d’un nonce en Argentine qui passait le plus clair de son temps à restaurer les très beaux salons de sa résidence. Son grand plaisir était de trouver des mécènes pour acquérir de nouveaux meubles de style. Les démonstrations de richesse de ce nonce lui étaient proprement insupportables. Il m’en parlait à chaque fois que nous échangions au téléphone. Je dois vous confier que lorsque je venais à Buenos Aires, j’étais toujours impressionné par le dénuement de son appartement. Sa simplicité n’est pas une vague affectation. A contrario, il ne supporte pas les personnes qui jouent avec l’argent, les errements du matérialisme, l’ostentation de la richesse. Ces situations provoquent en lui un profond malaise. Il voit là des dévoiements graves de l’homme. Finalement, pour Jorge Mario Bergoglio, Dieu est simple. Pour rester proche de son Créateur, l’homme doit rester simple. Lorsque les jeux de l’argent relèvent de comportements criminels, dont la sauvagerie n’a d’égal que le profond mépris de leurs auteurs pour le bien commun, la volonté de Jorge Mario Bergoglio peut devenir une lame acérée. Il peut alors déployer toute l’énergie qui est la sienne pour faire tomber ces murs de corruption. Il ne cessera son combat qu’au moment de la victoire ! »
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-benoit-xvi-ouvert-voie-reforme-finances-saint-siege-nicolas-diat-homme-qui-ne-voulait-pas-etre-pape-editions-albin-miche-975985.html#jLSlArvYq4OFA1OU.99